Qui suis-je ? Archive S'abonner Marc Schillaci | Fondateur et PDG d'Oxatis Marc Schillaci E-Commerce et Entrepreneuriat
Suivez-moi sur Twitter
Blog de Marc Schillaci - Fondateur et PDG d'Oxatis : Et maintenant je fais quoi ? On m'a dit que c'était libre et gratuit… (partie 2)

« Et maintenant je fais quoi ? On m'a dit que c'était libre et gratuit… (partie 1) | Accueil | Soirée Blogeurs du Sud n°3 à Toulon »

11 mars 2008

Commentaires

J'ai rien à vendre.. mais là je dois dire que je suis mort de rire!
J'ai juste l'impression de revenir sur les mêmes arguments qui ont fait la gloire des discussions MS/linux, Office/OpenOffice, etc...

Vous faites l'erreur de croire que le monde est monolithique et que ce qui convient à vos clients convient à tous.

Heureusement, le monde est plus riche que ca! Et les solutions ne font que s'adapter à ce monde!

En faite, pourquoi vous poster un tel article?
Pour convaincre des utilisateurs de solutions libres de revenir vers vous? Vous croyez qu'on peux se lancer la-dedans sans s'être forgé de solides convictions en étudiant toutes les solutions proposées (et accessoirement lire des centaines de proses comme la votre..)?

Cordialement,

Nicolas

Nicolas,

D’abord merci pour votre commentaire et je suis heureux de vous avoir fait mourir de rire 

Plus sérieusement à quoi cela sert d’écrire cela ?
1)A ouvrir les yeux aux entrepreneurs sur la vraie situation du marché. Pour être un brin polémique, je ne vois pas bien pourquoi nous (les entreprises comme Oxatis et nos confrères marchands) n’aurions pas de droit de faire valoir nos arguments dans les forums de webmaster où la marchande que j’ai utilisé en exemple a exprimé son problème (sous prétexte que nous sommes de méchants vendeurs). Imaginez le tôlé si un des collaborateurs d’Oxatis lui avait répondu « le mieux c’est de passer chez Oxatis, cela n’est jamais arrivé en 7 ans ! ». Nous nous serions fait « brûler ». Donc ce que je ne peux faire ailleurs, je le fais « chez moi » et chacun est libre d’argumenter comme vous l’avez fait.
2)Parce que vous êtes peut-être « mort de rire » lorsque vous me lisez, mais moi je ne suis pas mort de rire quand je vois la détresse d’entrepreneurs que l’on a transformé, contre leur gré, en geeks et qui passent leur temps à coder plutôt qu’à faire du marketing.
3)Parce que je ne vois pas bien le rapport entre « le monde monolithique » et « ma prose ». Ce que nous proposons n’a rien de monolithique, mais force est de constater que les marchands ont des besoins assez similaires. Je suis dans ce métier depuis 1997, j’ai eu 14.000 clients aux USA, 4.000 clients en France/Italie/Espagne et je commence (sic) à connaitre à peu près leurs besoins (sans avoir la prétention d’y répondre totalement), et je peux vous dire que pour 95% d’entres eux, ils sont très similaires.

Ceci étant, je ne doute pas que si vous vous êtes lancé dans le commerce en ligne avec un logiciel libre, vous aviez vos arguments. Correspondent-ils à ceux qui importent à un entrepreneur « classique » ? N’hésitez pas à m’en parler, je suis tout à fait ouvert à en savoir plus.

Et merci encore pour votre retour

Marc

Merci d'avoir pris le temps de me répondre!

Je pense que la question des logiciels libres est bien trop vaste pour en être réduite à ces très simples exemples/arguments. Nombreux sont les prestataires qui proposent les mêmes services et le même business model que vous, avec une solution basée sur des logiciels libres.

Par ailleurs, vous parlez non pas des personnes ayant choisi des solutions libres, mais des personnes ayant décidé de monter leur boutique seul, ou souhaitant avoir la maîtrise et la propriété de leur magasin. Effectivement, beaucoup de ces personnes choisissent le libre, car une solution sur-mesure n'est pas dans le budget du premier venu.

Parmi ceux là, certains se rendent compte que cela va au-delà de leurs compétences. Ont-ils eu tord d'essayer d'aller au bout de leur stratégie? Se sont-ils fait tromper par le libre? Et surtout, vous croyez honnêtement qu'ils s'en rendent compte au bout d'un ou deux ans de galère (quand on ne sait pas paramétrer un module bancaire, on s'en rend vite compte!!!)?

En faite, je ne comprends pas le sens de votre article tout simplement car le service que vous proposez s'adresse à des personnes complètement différentes de celles qui choisissent le libre. Tout simplement parce que pour un bon nombre de commerçants, il n'est pas envisageable de ne pas avoir la pleine propriété de sa propre boutique. Et ce n'est pas avec ce type d'argument que vous allez les convaincre qu'ils font un mauvais choix! Ils savent qu'ils font un choix difficile!!! Mais ils le veulent!

Cela me fait réellement plaisir de vous répondre.
1)Je ne pense pas que « nombreux soient les prestataires qui offrent le même service que nous et le même business model ». Si tel était le cas, admettez qu’ils seraient visibles. Citez moi un acteur du libre qui serve 4.000 marchands actifs en France ?
2) Vous mélangez « propriété du magasin » et « propriété du logiciel ». Ce sont deux concepts différents. J’ai fait un billet il y a quelques mois à ce sujet et penser que l’on est « plus propriétaire » de son fond de commerce parce que l’on possède le logiciel revient à penser qu’un plombier qui achète sa camionnette est plus propriétaire de son fond que celui qui fait un leasing. Vous me donnerez quelques arguments prouvant que le propriétaire du libre est mieux loti, je vous en donnerais à mon tour quelques dizaines qui prouveront que celui qui utilise une solution standardisée a plus de facilité de revendre son affaire.
3) Je parle du cas concret d’une personne qui met 40 jours à pouvoir réutiliser une fonctionnalité qui marchait sur son logiciel libre parce que son hébergeur a changé quelque chose (en faisant bien son travail). Cette personne n’a pas solution en quelques heures (si vous pensez que j’ai inventé cette histoire je vous passe le lien vers le forum), ce qui me semble être une exigence raisonnable. J’ai souligné d’ailleurs dans mon billet à quel point j’apprécie et je respecte le calme et la modération de cette personne.
4) Personne n’a tort de se lancer, ni de se tromper. J’entreprends depuis l’âge de 21 ans et si j’ai connu quelques succès, j’ai aussi connu des échecs. Valoriser ses échecs est la meilleure façon de bâtir ses succès. C’est une attitude très franco-française de rire des échecs des autres et de cacher les siens. Ce n’est pas la mienne.
5) Je ne « crois pas » que les gens se rendent compte « au bout de deux ans de galères », je le constate. A nouveau je n’ai pas inventé l’échange qui est à l’origine de mon billet et la personne n’exploite pas son site depuis 15 jours quand elle fait face à son problème, mais depuis bien longtemps.
6) Sur le fond, je suis d’accord avec vous qu’il devrait exister deux mondes : ceux qui choisissent le libre parce qu’ils ont leurs propres convictions et en assument les conséquences en pleine connaissance de cause et ceux qui choisissent les solutions comme la notre parce qu’ils savent que ce qu’ils veulent c’est « juste » exercer leur métier de marchand et pas apprendre un autre métier. Mais le monde n’est pas parfait et si j’ai rédigé ce billet c’est justement parce que nous voyons tous les jours des gens qui font le « choix du libre » non pas en tout connaissance de cause, mais parce qu’un copain leur a dit que c’était la seule solution valide. Je ne suis certainement pas d’accord avec cela et si j’accepte volontiers que les pros du libre avance des arguments que je conteste (comme par exemple la soit disant pleine propriété de la boutique qui sous entendrait la plus grande facilité à revendre son fond de commerce), je ne vois pas pourquoi je ne mettrais en avant mes arguments (comme le fait que le payant est parfois moins cher que le gratuit !) même si je comprends parfaitement que vous les contestiez.
7) Je ne compte certainement pas convaincre les accros du libre qu’ils doivent passer à autre chose et, du fond du cœur, je trouve infiniment respectable ceux qui font un choix (difficile comme vous le dites), l’assument et le défendent. Mais oui j’ai envie de convaincre tous ceux qui ne souhaitent pas s’engager dans la difficulté qu’il existe des solutions alternatives, pas obligatoirement plus onéreuses, pour exercer plus simplement leur métier de commerçant en ligne.

Merci encore pour cet échange
Marc

Cette discussion est infiniment plus intéressante que l'article!!!

J'ai l'impression qu'il y a une grande confusion dans le terme "logiciel libre"! Encore une fois, la très grande majorité des propriétaires de boutique basé sur une solution logicielle libre n'ont jamais touché du PHP mais sont passés par des prestataires comme vous ou plus simplement des web-agency. Les prestataires choisissent la solution qu'ils souhaitent vendre et le faite de libérer le code est a mes yeux plutôt symptomatique d'un code sain, propre et sécurisé. Vous pourrez me dire que le votre l'est également, mais je ne peux pas le vérifier. Paypal est également sécurisé, sauf quand il se fait voler les numéros de CB qu'il enregistre...
Quand a ces fameux prestataires, et c'est une richesse a mes yeux, ils sont plutôt nombreux et petit. Mais je comprends tout à fait que ca n'aide pas les personnes qui se lance... il y en a deux plus gros que les autres que je connais, Varien au US, et clicboutic qui proposent les mêmes prestations que vous avec un logiciel basé sur OScommerce. 1000 clients annoncés.

Votre article ne parle donc pas des personnes ayant choisi une solution logicielle libre mais uniquement ceux ayant choisi de se lancer sans assistance. Pour moi, ce n'est pas une nuance, c'est un gouffre.

Deuxième point que je voulais aborder: l'association du libre et du gratuit. Les seuls qui font la confusion sont ceux qui n'utilisent pas le libre. Je sais que cet argument revient souvent mais je n'y peux rien... les seuls à la limite qui pourrait faire la confusion sont ceux qui imagine que leurs frais fixes se limiteront aux paiements de la licence d'utilisation du logiciel d'e-commerce mais honnêtement, vous en avez beaucoup des clients comme ca?

Arrive ensuite la question de la propriété. Je dois avouer que je pense être un cas à part concernant cette question. A tord ou a raison mais c'est ma conviction d'entrepreneur. Je ne vois pas du tout la question de la propriété vis à vis de la revente.
Je crois qu'une très grande majorité d'e-commercant, et particulièrement ceux ayant déjà un business existant en "dur", ne voit le logiciel que comme un outil. Il n'y a dans ce cas aucune différence entre le mécanicien qui achète sa machine-outil chez un sous-traitant Allemand et un commerçant qui vient vous voir.
Il y a ensuite des personnes qui pensent que le logiciel est le cœur de métiers, leur moteur, le centre névralgique. Il s'agit surtout de pure-player. Lorsque l'on est dans ce cas de figure, on peux avoir deux réactions, soit on pense qu'il faut sous-traiter cette partie chez le meilleur, celui qui a le plus d'expérience, celui qui gere 4000 boutiques par exemple. Je me trompe surement mais ces personnes là ne doivent pas être bien loin d'être les clients les plus intéressant pour vous. Car je suis persuadé que vous pensez que le logiciel est stratégique - le contraire serait étonnant tout de même !!! ;) -

Je fais donc parti de la dernière catégorie, ceux qui pensent que le logiciel est stratégique et que je dois en avoir la maitrise. Cette notion de maitrise est très vaste... allant de la propriété et l'accessibilité du code et de la base de donnée, de la gestion des évolutions du site, de l'évolution du business en générale, etc... mais tout ca n'est pas la raison principale de ma volonté de maitrise. Je considère qu'acquérir les COMPETENCES nécessaires à la maitrise de ce logiciel est stratégique ! Voila, c'est dit, c'est une question de compétence. Je ne suis personnellement pas capable de vendre sur internet, cad de définir une stratégie de référencement, définir une ergonomie, etc... si je ne comprends que partiellement la problématique. J'ai aujourd'hui l'avantage de pouvoir envisager le référencement spécifique de ma boutique dans sa globalité - cad comment mettre en avant les informations disponibles et surtout définir quels informations et comment les rendre disponibles. Il en est de même pour l'ergonomie et le graphisme qui est aujourd'hui 100% spécifique. Le logiciel est au centre de la problèmatique de l'e-commerce. Vous avez acquis ces compétences, je souhaite les acquerir à mon tour, à mon humble niveau.

La dernière raison qui a fait que je n'ai pas choisi une solution ASP est la possibilité de changer de prestataire dans le temps. On ne monte pas une boutique pour un an ou deux, mais pour le long terme. Sur le long terme, peuvent survenir des milliers de bonnes raisons de vouloir changer de prestataire. Et là...... pas d'info... le trou noir..... on verra bien quand on y serra.... Apporter des éléments de réponse sur la récupération de la base de donnée si on souhaite vous quitter ne pourra que convaincre des personnes de venir (j'ai peut-être raté qq' chose mais j'ai rien trouvé)! En tout cas, ne pas avoir d'info été dissuasif pour moi.

Cordialement,

Nicolas

Cette discussion est infiniment plus intéressante que l'article!!!

Sans porter de jugement sur mon propre billet, je dirais simplement qu’un billet cela sert justement à provoquer des discussions. Donc au moins le but est atteint.

Vérifier le code :
Je ne suis pas d’accord avec vous. Je suis certain que vous êtes parfaitement compétent, mais je ne vois pas comment vous pouvez « juger de la valeur du code » correspondant à plus de 20 années hommes de développement ! Ce que je vois comme juge suprême ce sont 2 choses :
1) nous sommes testés toutes les 5 minutes depuis 7 ans (dans un mois !) et nous avons 99,96% de taux de disponibilité depuis 7 ans
2) plus d’un demi million de commandes sont passées sur le système l’an dernier, plus d’un million passera en 2008, après tout, c’est à cela que sert le système.
Pour faire une métaphore, lorsque vous choisissez votre voiture, vous ne refaites pas les calculs de résistance des matériaux pour savoir si la voiture est solide, vous le savez parce que vous achetez à un constructeur respectable et respecté qui tient à sa réputation.

Les prestataires qui sont une richesse :
Figurez vous qu’il y a des prestataires qui travaillent avec le logiciel libre … et il y en a qui travaillent avec Oxatis ! Nous avons plus de 100 Centres d’Expertise Internet qualifiés et formés, et chaque mois 12 à 15 nouveaux Centres viennent se former chez nous. Voila un point sur lequel nous sommes d’accord. La seule différence c’est qu’avec un logiciel libre c’est le prestataire qui est aussi responsable que tout le système tourne 24heures sur 24. Or soyons honnêtes, celui qui est seul et qui gère très professionnellement 10 boutiques en ligne, a le droit de dormir, de partir en week-end et en congés. Et ne me dites pas que les systèmes sont redondants, les nôtres aussi, mais cela ne suffit pas à assurer 99,96% de taux de disponibilité. Nos « petits prestataires » bénéficient non seulement de notre technologie, comme ils le feraient avec le logiciel libre, mais en plus ils s’appuient sur notre ferme de serveurs et nos responsables techniques qui eux sont H24. Mieux quand un de leurs clients pose une question le samedi après midi, pendant qu’ils sont en famille, c’est notre support qui répond !

1000 clients annoncés :
Soyons sérieux une minute. Nous avons 4.000 boutiques, notre excellent confrère PowerBoutique en a environ 2.000, StoreFactory de l’ordre de 500 et les autres acteurs sont plus petits. Tout le monde balance des nombres de sites hallucinants pour impressionner les prospects, mais lorsque vous avez 1.000 sites actifs, pas des sites de tests gratuits, vous êtes extrêmement visible sur le marché, présent dans les salons, la presse professionnelle et économique, etc. Lorsque je vais sur le site de clicboutic (notez que je n’aime pas mentionner négativement mes confrères et que je respecte Clicboutic), je vois 62 lignes de 3 sites, soit 186 sites y compris de nombreux sites fermés (http://www.aube-technologie.com/ , http://www.fantasy-discount.com/). Donc 200 sites me parai bien plus proches de la réalité et c’est une performance plus que respectable.

Libre et assistance :
Absolument, mon billet parle du cas de CETTE personne, qui reste sans assistance pendant 40 jours.

Libre et Gratuit :
Nous n’avons aucun client « comme-ça » puisque tous nos clients payent leur abonnement ! J’adore cette maxime américaine, « When it’s free, it worth every penny » (quand cela ne coûte rien, on en a pour chaque centime dépensé). Sérieusement ceux qui entretiennent le fait que le libre est plus ou moins gratuit ce n’est pas nous, mais ceux qui le promeuvent. Et je vous confirme que nous avons de nombreux prospects, tous les jours, qui nous disent « mais pourquoi je payerai ce qui est gratuit ».

La question de la propriété :
Sincèrement vous vous trompez si vous ne pensez pas à la revente. Il y a 10 minutes nous avons eu un client qui a vendu sa SA et son site ! Si vous regardez le journal de fonds de commerce PIC, il y a plusieurs sites marchands à vendre. Après tout, il ne me parait pas aberrant d’avoir envie de réaliser son capital après avoir réussi à créer un fond de commerce.

Le logiciel est-il stratégique :
Oui je pense aussi que le logiciel est stratégique pour plusieurs raisons.
1) il doit évoluer car l’Internet marchand ne sera pas le même dans 5 ans. Avouez que OS commerce a pris un peu de plomb dans l’aile depuis l’arrivée de Magento et qui connait le sort de Magento dans 5 ans ? Oxatis ? Nous serons bien obligés d’évoluer, nous ne pouvons pas « nous lasser et passer un peu à autre chose» comme l’ont fait les créateurs d’OS commerce. Nous sommes une entreprise, nos collaborateurs font vivre leur famille avec leurs salaires et nous avons donc l’obligation d’évoluer, de remplacer ceux d’entres nous qui pourraient nous quitter, pour assurer la pérennité de l’entreprise. C’est TRES important.
2) il est stratégique car c’est lui qui permet au commerçant de travailler sur le Net. C’est son moyen de s’exprimer. Il doit être à la fois abordable et sophistiqué, et ce n’est pas facile de réaliser cette prouesse.
3) il est stratégique enfin car c’est grâce à lui que le commerçant est connecté à l’ensemble des acteurs du Net, ce que j’appelle l’écosystème (banques, moteurs marchands, places de marchés, etc).
Donc nous sommes d’accord sur ce point.

Qu’est-ce que l’on entend par « La maîtrise » :
Est-ce que le commerçant sait comment fonctionne son logiciel de caisse, sait régler sa climatisation, sait reprogrammer son système d’alarme ? Certains le sauront, mais d’autres s’en moquent complètement et réussissent parce qu’ils sont des commerçants (au sens noble), qui savent trouver des prospects et les satisfaire.

Je ne suis pas non plus d’accord lorsque vous dites qu’il est impossible de réussir à vendre sur le net si l’on ne comprend pas telle ou telle technique. Alors nos clients ne devraient, dans l’ensemble, pas réussir. Et notre indice TPE 200 qui montre une augmentation du chiffre de nos 200 premiers clients de 682% en 3 ans est plutôt révélateur !
Notez que je ne vois pas pourquoi vous auriez besoin de coder pour pouvoir paramétrer votre boutique et mettre en avant tel ou tel bénéfice client. C’est peut être la différence entre notre logiciel qui se paramètre beaucoup et OS Commerce qui se code.

L’ergonomie et le graphisme :
Je ne vous rejoins pas obligatoirement pour l’ergonomie pour laquelle de grands standards font aujourd’hui référence et que nous utilisons du mieux possible, mais je vous rejoins sur le graphisme. Nous avons des Centres d’Expertise Graphique à qui nous offrons des environnements d’apprentissage et de travail qui sont en relation libre avec nos clients (pas de commissions). Pour vous donner un ordre de grandeur, le meilleur d’entres eux a réalisé plus de 100 chartes graphique spécifiques pour nos clients ! Pour info son site : http://www.graphical-dream.oxatis.com/

Changer de prestataire :
Nos conditions générales explicitent le droit de nous quitter et de récupérer ses données. Sincèrement si un client Powerboutique ou OSCommerce veut venir chez nous, nous n’en aurons pas pour longtemps pour aspirer ses données et l’inverse est également vrai. Tellement vrai qu’avec PowerBoutique et quelques autres confrères nous nous contactons lorsque cela arrive, car il y a quelques années, un petit arnaqueur avait trouvé la méthode pour passer d’un fournisseur à l’autre tous les 6 mois, à vendre sans livrer et à échapper aux poursuites ! C’est un appel de la DGCCRF qui nous a mis la puce à l’oreille. C’est dire si c’est simple !

En conclusion :
En ce qui concerne le fait que nous ayons acquis des compétences et que vous souhaitez faire de même, je ne peux que l’apprécier et le respecter au plus haut point. Vous avez sans doute de nombreuses compétences que nous n’avons pas. Si un jour vous voulez m’en parler et que nous discutions de tout cela, j’en serais très heureux.

En tous les cas, cela me fait très plaisir de discuter avec une personne motivée, passionnée et respectueuse des deux alternatives.

Cordialement
Marc

1- code et sécurité:
A la relecture, j'ai regretté cette assimilation avec Paypal mal venu et sans fondement.

2- Magento:
A la différence d'Oscommerce, il est développé par une entreprise avec les mêmes obligations que vous. Seul le business modèle est différent. Mais je suis sur que vous connaissez ce sujet mieux que quiconque.

3- la maîtrise:
"Je ne suis pas non plus d’accord lorsque vous dites qu’il est impossible de réussir à vendre sur le net si l’on ne comprend pas telle ou telle technique"
J'ai parlé à la première personne!! C'est moi qui n'y arrive pas.... mais je considère que cet "handicap" m'apporte des compétences utiles et stratégiques.


4- l'ergonomie:
Ce n'est pas une question pas évidente mais je pense que nous sommes d'accord sur le fond: l'importance des standards. Les magiciens de l'ergonomie font des sites absolument magnifique mais malheureusement indéchiffrable pour le commun des mortels.

5- changer de prestataire:
J'arrive de l'industrie et j'ai encore de vieux restes... Le faite que ce ne soit pas clairement contractualisé me pose un vrai problème.

Pour conclure, je vous remercie pour cette discussion. C'est la première fois que je participe à un sujet aussi difficile sans que cela parte en pugilat... J'espère juste avoir pu donner quelques informations sur les solutions libres, ce qu'elles impliquent et ce qu'elles apportent.

Cordialement,

Nicolas

Nicolas,

Je suis heureux pour cette discussion et moi aussi je vous remercie d’avoir su garder ce respect mutuel qui permet les discussions constructives.

Comme vous le dites cela « part souvent en pugilat », à tel point que j’ai décidé de ne plus prendre la parole sur les forums de webmaster où l’opinion unique est de mise et où les insultes volent bas!

Un grand merci donc et comme disait Voltaire : « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire ! » (Pour plus d’info sur la paternité exacte de cette citation, un petit tour ici : http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=17302 )

En tous les cas, n’hésitez pas à intervenir quand vous le voulez et bonne chance pour votre commerce en ligne.

Cordialement
Marc

En effet l'évolution de Magento sera certainement plus proche de celle d'Oxatis que de celle d'OScommerce vu la licence et le modèle économique.

En fait je croise très rarement des e-commerçants qui pensent que l'open source est gratuit
Les critères de choix de l'Open source sont souvent ailleurs que dans le prix. En tout cas pour nous c'est très clairement le cas. Mais les solutions mutualisées comme Oxialys ont aussi leur place et de beaux jours devant elles

Je ne pense pas qu’il y ait un parallèle dans le business modèle d’Oxatis et de Magento (ou autre logiciel libre « sponsorisé » par une société de services).

J’ai dirigé pendant 17 ans une société de service et j’ai appris que la meilleure méthode pour faire de la marge « facilement » c’était de créer un noyau « progiciel standard » et d’en vendre sans cesse des dérivations spécifiques pour tel ou tel client. Il est évident que la société de service ayant créé le noyau progiciel est toujours la meilleure pour apporter les améliorations : on préfère parler au Bon Dieu qu’à ses Saints.

Qu’est-ce qu’ont inventés les Magento et autres ? : Ils ont décidé de ne pas vendre le logiciel de base et de compenser le manque à gagner (pas de vente mais un logiciel libre) par le merveilleux marketing que procure une communauté OpenSource (pas de revenus sur le logiciel de base, mais publicité gratuite et positionnement évident d’Expert). Ils sont toujours les mieux placés sur leurs marchés pour servir un grand client et faire leur marge.
Mais est-ce que pour autant ils ont réglé le problème de l’OpenSource ?

Le SEUL problème, mais QUEL problème, des clients de l’OpenSource c’est la compatibilité et la responsabilité dans le temps. Chacun y va de sa « contribution » (amélioration), mais au bout d’un an plus rien n’est compatible et tout le monde est bloqué, comme l’ont été les utilisateurs OsCommerce ces deux dernières années. Et un jour tout le monde s’en va sur un nouveau projet OpenSource et il ne reste que les clients avec leur logiciel libre.

Je pourrais prendre une analogie en informatique car cela fait des dizaines années que l’on nous promet, via Unix, le langage C, etc, etc, une compatibilité totale avec tout … et cela n’a jamais marché.

Mais laissez-moi faire une métaphore pour illustrer plus pratiquement mon propos.

Lorsque quelqu’un apporte une contribution sur un logiciel libre, c’est un peu comme lorsque vous invitez le copain de votre fiston pour une semaine de vacances. S’il s’avère que le garnement est insupportable, ce n’est pas très grave car une semaine après, vous n’en entendez plus parler, vous n’êtes pas responsable de lui, son avenir ne vous concerne pas.

Lorsque chez Oxatis nous ajoutons une fonctionnalité, nous ADOPTONS le copain de notre fiston ! Pour la vie. Impossible de dire dans 2 ans que telle vieille amélioration va être abandonnée parce qu’elle n’est pas assez ceci ou cela et qu’elle nous coûte trop cher. Des gens l’utilisent et nous la supportons pour la vie.

Enorme différence !

Marc

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)